L’agroécologie : un engagement de nos agriculteurs à protéger notre terre nourricière
photo céréales.jpg
Qu'est ce que l'agroécologie ?

C’est la restauration de la vitalité des sols, en limitant le recours aux intrants chimiques, tout en revitalisant l’économie locale en limitant l’exode rural des populations vers les zones urbaines.

L’agroécologie favorise les acquis séculaires de l’agriculture. Au-delà de la démarche engagée en bio, l’agroécologie prône la relocalisation de la production alimentaire diversifiée, à petite échelle, adaptée aux conditions climatiques locale, respectueuse des ressources.

La nourriture du sol, l’air, l’eau, la lumière, la chaleur sont les attributs fondamentaux garants de la vie depuis l’origine.Impossible d’avoir une nourriture de grande qualité sans comprendre, respecter, soigner la terre qui la prodigue.

 

Le Moulin de l’Évêque s’engage dans la fabrication d’une farine de pays, en étroite collaboration avec des agriculteurs, respectueux des besoins et attentes de ses clients, des gens d’ici, avec l’appui technique d’ingénieurs agronomes tant compétents que passionnés !

 

L’agroécologie n’est ni une théorie, ni un concept, mais une pratique et une éthique partagées par toute la filière : du sol, en passant par le moulin actionné par la force de l’eau, au consommateur exigeant une nourriture de qualité produite près de chez lui.

 

IMG_20210520_145839.jpg

Quelles sont les pratiques culturales de l’agroécologie ?

     - L’alimentation des plantes s’appuie sur la fertilisation des sols, un apport de matières organiques : le compost.

       L’association de l’humus et de la vie microbienne des sols permet un apport naturel à la plante d’oligoéléments

       et autres éléments minéraux.

     - L’agroécologie développe également la lutte biologique (régulation des parasites) par la présence d’autres

       espèces protectrices (insectes, oiseaux (mésanges)), etc.

     - L’eau : élément essentiel et vital. En préservant les sols, l’eau est ainsi retenue de façon naturelle, les couverts

       végétaux protègent la terre, le système racinaire crée des réservoirs.

     - Adopter la rotation (chaque année une plantation différente : blé, seigle, pois chiche, maïs, petit épeautre…) des

       cultures pour permettre au sol de se reposer et aussi pensé pour compléter les besoins de la culture suivante en

       couvrant la terre afin  qu’elle ne soit jamais à nu. Ces 2 techniques favorisent la vitalité des sols. 

grains.jpg